STUPEFIANTS

REFERENDUM OBLIGATOIRE

Canabis 

"Pourquoi ne pas dépénaliser le cannabis ?"

Il est possible que je me fasse passer pour un rebelle, et vous allez peut-être me censurer, mais au regard des expériences vécues lors de mes activités précédentes, l'expérience m'éclaire,  et je constate que toutes les mesures d'interdiction, de prohibition n’empêchent pas le flot de consommateurs grossir, actuellement 30% de consommateurs dans l’hexagone.

De plus, le trafic est dangereux car la qualité des produits vendus est de très mauvaise qualité (hormis celle qui arrive d'Afghanistan), les endroits d'échanges sont  dangereux  pour nos jeunes (la rue), et à des prix prohibitifs. Ces trafics alimentent des groupuscules dangereux pour la société  et l'argent récolté s’agglutine  dans des filières que nous combattons. 

Le coût engendré par ces interdictions est énorme pour le contribuable. Les effectifs de la  Police,  de la Gendarmerie, des douanes, etc.,  effectuent  un travail consciencieux et minutieux mais qui demande beaucoup du temps et de l'énergie. Ensuite, le processus  déclenche toute la chaîne  judiciaire jusqu'au jugement et l'emprisonnement .  Les gardes à vue sont de plus en plus nombreuses. Il faut arrêter la course aux chiffres  ce qui ne veut strictement rien dire. 

Il faut réguler le problème de  la consommation de cannabis. Il est bien entendu, que le  trafic de stupéfiant (cannabis et les autres drogues plus fortes), dans le cadre de  la vente,  serait plus sévèrement sanctionné (CF mesures dans la rubrique justice). Quelques échoppes auraient l'exclusivité de la vente de cannabis, comme sont les buralistes pour les cigarettes. 

Nos agriculteurs feraient de la culture du cannabis,  au même titre qu'ils faisaient dans le temps la culture du tabac. La production baisserait le prix de vente. D'autres pays l'achèteraient au lieu que la culture nous parvienne, importée par des voies illicites et souterraines. Le cannabis à la vente serait taxé au même  titre que le prix  du paquet de cigarettes,  comme préconisé dans la rubrique ad hoc  fixé dans la moyenne des prix pratiqués dans les pays Européens.

 L'argent récolté de  cette taxe servirait à soigner les maladies provoquées  au même titre que celles dues par le tabac, l'alcool et cela ne coûterait rien au contribuable, bien au contraire. Actuellement les maladies générées par la consommation du cannabis ne rapportent rien à l'assurance maladie puisque non taxée. L'assurance maladie, dotée de cet argent provenant de la taxation sur la vente de cannabis, pourrait contribuer à  soigner ceux qui sont atteints des maladies du tabac ou d'alcool. 

L'argent récolté serait également utilisé pour faire de la prévention sur les risques encourus  sur  la surconsommation du cannabis au même titre que l'alcool et le tabac.  

Il est bien évident que lors d'un contrôle de dépistage sur tout conducteur , effectué sur initiative par  les forces de l'Ordre ou sur réquisition de monsieur le procureur de la République, s'il s'avère positif aux stupéfiants, une infraction sera automatiquement relevée et les sanctions idoines prononcées, qui seront du même acabit que celles prévues pour l'alcool au volant. J'ajouterai qu'une mesure systématique de retrait de permis de conduire sera  effectuée sur place.