ECONOMIES DE L'ETAT

ETAT VENTRIPOTENT

 

 

  • « Ce n’est  pas parce que les choses sont difficiles qu’on n'ose pas les faire. C’est parce qu’on n’ose pas les faire qu’elles sont difficiles !»

 Eco

 

 

  • Economies de l’Etat. 30 milliards d’€ par an pendant 5 ans.
  • Réduire le nombre de Ministres, de ministères, secrétaires d’Etat, parlementaires, fonctionnaires d’Etat et de l’Etat,  fonctionnaires Européens,  élus territoriaux, maires, conseillers régionaux etc.…, Restructurer tous les ministères quels qu’ils soient aux fins de trouver des économies substantielles.
  • Il faut restaurer "une loi somptuaire" qui aurait pour objet de restreindre et de réglementer les dépenses de luxe de l'Etat et de ses dirigeants. 
  •  Les Français travaillent 7 mois par an pour financer les dépenses publiques, (les seuls au monde),c'est inadmissible, intolérable.
  • Suppression du cumul des  mandats, hormis pour les sénateurs qui pourront briguer un mandat de maire d'un canton ou d'une" cantonalisation".
  • Désendettement massif par la réduction drastique des dépenses de l’Etat,  et des collectivités territoriales. Le budget des  collectivités territoriales  est de 250 milliards d'Euros ce qui représentent 12% de la dette publique, 22% de la dépense publique : « 165 milliards de dépenses qui se superposent entre les communes, les intercommunalités, les syndicats divers, seulement ».
    • La différence avec l'infrastructure de l'Allemagne au même niveau est  de: 130 milliards d'Euros récurrents. 
  • Restructuration du millefeuille, Suppression des strates Administratives:
  • Notre complexe architectural institutionnel coûte aux contribuables par an : 100 mds d'€ pour les communes, 40 mds d'€ pour les intercommunalités, 27 mds d'€ pour les régions, 85 mds d'€ pour les départements. Les taxes ne peuvent qu’augmenter. 
  • Suppression des arrondissements et des communes (36600) « ADMINISTRATIVEMENT » au profit du canton (4000)
  •  Suppression des départements (101) « ADMINISTRATIVEMENT »  au profit de 11 Régions, ou au profit de 5 Régions.  Les DOM-TOM resteront comme ils le sont actuellement.  Le tracé des régions, des cantons  se fera sans consultation de la population. Il appartiendra au gouvernement d'imposer ce tracé d'une manière intelligente en prenant en considération les affinités, les us et coutumes actuels et d'antan des populations,  et  reposant principalement  sur les liens intangibles liés à  l'activité économique. Il faut des régions puissantes. Il en va de même sur la diminution proportionnelle des effectifs de l'Etat suite à la perte de ces collectivités territoriales. Ce qui n'aurait pas de sens si cela ne se faisait pas.  
  •  Toutes ces mesures économiseraient environ 22 milliards d'Euros par an à l'Etat.
  • Carte des regions 011
  • Suppression de tous les pôles économiques implantés dans les régions. (Encore une feuille de trop sur la pile).  
  • La Corse sera  en une seule entité départementale. Elle sera rattachée à la Région PACA. La ville de Corte sera le centre Administratif  des établissements publics et de sécurité. Une seule Préfecture sera implantée à cet endroit. Des aménagements routiers seront entrepris aux fins de raccourcir le temps entre les villes de BASTIA, CORTE, AJACCIO, PORTO VECCHIO, BONIFACIO, CALVI.
  • Mandats maximum autorisés : 2 mandats pour la Présidence de  la République (5 ans), 2 mandats pour les Présidents de région (5 ans), 2 mandats pour les maires des cantons et présidents des cantonnalités (éligibles 5 ans), 2 députations pour les députés (5 ans), 1 mandat pour les sénateurs (9 ans).
  • Diminution du nombre de députés   177 au lieu de 577, du nombre de sénateurs  110 au lieu de 350,  7 ministres, 1 premier ministre, du nombre  hauts fonctionnaires, du nombre de personnel dans la fonction publique dans tous les ministères , Les Ministères régaliens  en seront dispensés. (la défense, les services de sécurité, la santé, la justice)
  • Suppression de l’aide médicale d’état AME « 1 milliard par an »
  • Suppression de la CMU à certaines catégories de personnes.
  • Suppression de la retraite, 680€/ mois pour un célibataire, et 1126.75€/mois pour un couple marié,  donnée aux étrangers, résidents en France  qui n’ont jamais travaillés ou cotisés. 
  • Suppression des aides multiples de l’Etat aux émigrants et aux  associations multiples,   « véritables pompes aspirantes. » Refonte de toutes allocations allouées, qu'elles soient d'ordre familiale, rentrée scolaire...etc,  
  • Suppression du dispositif de "garantie jeunes" concernant les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi, sans formation est institué par décret et publié au Journal officiel du 23 octobre 2013 pour 100.000 jeunes. L'allocation (encore une sur la pile) de 434 € est l'équivalent du RSA. Actuellement certains territoires ont été privilégiés, ciblés, pour  une certaine catégorie de personnes. Où est la justice ? Où est l'unité prônée par le gouvernement ? Pourquoi, à nouveau cette différence ? A qui peut  profiter cette mesure électoraliste, devinez  ?  C'est la raison pour laquelle le B.P.R. existe, pour gommer toutes ces injustices!  Ceux qui travaillent vont encore à nouveau payer !  Il y a en  France 900000 jeunes sortis des écrans radars. Le calcul est vite fait : il nous en coûtera sur une année, lorsque le dispositif sera bien rôdé ( si je puis m'exprimer ainsi) près de 5 milliards d'Euros, pour seulement 100.000 prestataires.  
  • Suppression systématique des aides de l’Etat,  à des associations, à des  Comités d'entreprises,  etc... aux syndicats qui ne sont pas apolitiques. Il n'y a que 7% de syndiqués en France. Avec cette nouvelle  politique, les syndicats auront beaucoup plus d'adhérents. Les partis politiques quels qu'ils soient auront l'obligation de ne pas financer les syndicats. Un bilan par un cabinet d'expertise comptable sera dressé chaque année aux fins de transparence pour chaque syndicat  est remis à une autorité d'Etat. Il n'est pas question, ici, de supprimer la représentation des travailleurs, mais l'idéologie qu'elle colporte. Les syndicats dépourvus d' idéologie politique,  représentant leurs adhérents  et œuvrant pour eux, recevront les aides de l'Etat selon la procédure habituelle. Il ne sera pas toléré que les dirigeants des syndicats soient liés à un parti politique quel qu'il soit. Les dirigeants devront prendre conscience que défendre les intérêts des travailleurs n'est pas d'appliquer les directives de leurs partis politiques, et notamment les dogmes,  mais bien d'avoir à l'esprit de favoriser et défendre uniquement  les intérêts des travailleurs dans le respect de l'intérêt national et non partisan de l'intérêt particulier et idéologique . 
  • Nous dépensons 550 milliards d’Euros par an en dépenses sociales : « c’est beaucoup trop, impossible à tenir dans le temps, on va à la ruine ! »
  • Réduire l’allocation chômage qui  sera  de 12 mois, comprenant  1 mois de formation obligatoire, idem pour les parlementaires, députés Européens, ministres, hauts fonctionnaires,  secrétaires d’Etat,  etc.
  • Il est inadmissible que les parlementaires DE TOUS BORDS POLITIQUES aient voté, il y a quelques années,  une disposition à leur convenance pour recevoir lors d’une députation manquée des indemnités sur 3 ans,  et ensuite concourir à une autre députation. Ils seront tous  sous le joug de la recherche d’un emploi au même titre que le chômeur  lambda, avec les indemnités qui s’y rattachent  (montant maximum autorisé 2400€ par mois). L'AARE (Allocation d'Aide au Retour à l'Emploi) prévoit que les députés au chômage perçoivent une allocation de 5400€ brut,  les  CSG et CRDS sont retirés de cette allocation c'est-à-dire qu'ils en sont exonérés. Seuls les députés originaires du secteur privé sont concernés puisque les autres sont  retraités ou  fonctionnaires  et réintégrés dans la fonction publique. Le 1er trimestre, ils percevront  100% de l'allocation; 70% le 2ème trimestre; 50% le 3ème  trimestre; 20% le 4ème et dernier trimestre, ce qui représente la valeur d'un SMIC. Le régime de droit commun vaudra pour tous en recherche d'emploi. ( 1 an d'allocations chômage ) 
  • Cette durée est capitalisée. Tout demandeur d’emploi après 2 mois de chômage, retrouvant du travail, gardera son capital restant de 10 mois pendant toute la durée de son emploi et ainsi de suite jusqu’au capital purgé. Après 2 propositions correctes d'embauche (en tenant compte de ses qualifications et lieu de résidence) faites au chômeur  si refus, arrêt immédiat des versements. Si l’employé travaille 12 mois ou plus  d’affilée, et qu’il est licencié économiquement, il recapitalisera pour obtenir 11 mois de chômage, plus 1 mois de formation obligatoire, dans le cas contraire il ne lui restera que le quota restant..
  • Le salaire maximum autorisé à tout chômeur à quelque niveau ou de catégorie  qu’il soit  sera de : 2400€ par mois. Cela vaut pour toutes les catégories de salariés, parlementaires, etc. 
  • Revoir complètement l’organisation de pôle emploi dont les résultats sont plus que décevants. Diviser par 10 le nombre de cellules de formation en France (coût élevé). 
  • Percevoir le RSA : c’est 3 heures par jour de travail au profit  de la  collectivité territoriale ou d’un établissement public du lieu du domicile et de participer obligatoirement  à une œuvre caritative. 
  • Récupérer les 1 milliard  d’Euros PAR AN  et plus, avec effet rétroactif,  versés en Algérie,  à des retraités immortels particulièrement importants  (évaluation cour des comptes 2013). Établir  une estimation des sommes versées, sur plusieurs années, dans ces conditions aux fins de récupérer ce qui est dû. Tous les ans, le prestataire aura l'obligation de  justifier physiquement ou par un document dûment authentifié son existence, qui sera   contrôlée par l’ambassade de  FRANCE en Algérie. 
  • INTÉRÊT GÉNÉRAL : Dès lors que l’intérêt général sera bafoué au profit d’intérêts particuliers, partisans, quelque soit le domaine,   les représentants et les organisateurs ayant provoqué ce trouble à l'ordre public et coûteux, devront répondre personnellement de leurs actes et seront conduits et  traduits devant la juridiction compétente pour être sanctionnés par une condamnation pénale  très dissuasive (amende financière).  Il en va de l’intérêt du pays.
  • Arrêtons de diriger le pays selon les dogmes des partis et avec  quelques hommes  politiques qu'il faut dessiller. 

    Arrêtons d'injecter des milliards d'Euros depuis 30 ans dans les cités pour se donner bonne conscience. C'est de l’argent perdu,  puisque jusqu'à nos jours rien n'a évolué selon les scénarii prévus.